Maurice DOUCET - Expertise maritime   [ Retour page d’accueil ]      [ Contact expert ]

         

 

 

 

 

Les réponses à vos questions

 

Qu’est ce qu’un expert maritime ?

 

L’expert est tout d’abord un professionnel qui a un rôle déterminant de conseil, d’assistance technique et d’expert en valeur d’un navire.
Un navire est un capital qu’il convient de préserver, d’en connaître la valeur réelle de revente, sa valeur d’assurance ou de succession.
L’expert conseillera le particulier pour effectuer les travaux indispensables à son bateau afin de le préserver de toute décote importante.
L’expert déterminera une valeur agréée lorsque vous souscrivez un contrat d’assurance .

Rappelons que l’expert est avant tout indépendant , il n’est pas employé par la compagnie qui le missionne.
En cas de litige, le particulier peut ne pas être en accord avec l’expert de la compagnie et peut demander à celle-ci une expertise contradictoire avec un autre expert de son choix (indépendant) mais à ses frais.

 

Valeur agréée d’un navire

 

La valeur agréée est la valeur fixée contradictoirement par l’assureur et l’assuré.
Elle figure au contrat d’assurance, et intervient dans le calcul de la prime.
En cas de contestation c’est à charge de l’assureur d’amener la preuve de la valeur du navire si celle ci est différente.
C’est cette valeur qui doit être fondée sur le rapport d’expertise de telle sorte qu’il n’y ait aucune distorsion ("sur-assurance" ou "sous-assurance").
La définition de cette valeur est capitale en cas de perte totale, lorsque le bateau n’est plus visible ou accessible.

 

Sur-assurance ou sous-assurance

 

Il est utile de faire expertiser son bateau pour en connaître la valeur vénale (valeur réelle) et faire coïncider la valeur agréée (valeur assurée) sur le contrat d’assurance.
Si la valeur vénale (la valeur réelle) du bateau est supérieure à sa valeur agréée (la valeur assurée), alors l’assureur ne garantira pas au-delà de la valeur agréée, puisque vous n’aurez pas payé la prime correspondant à la différence.
Si la valeur vénale (la valeur réelle) du bateau est inférieure à sa valeur agréée (la valeur assurée), vous aurez payé une prime d’assurance trop élevée.

 

Valeur marchande d’un navire

 

La valeur marchande d’un bateau est la valeur du bateau, à un instant T, pour un marché donné (national ou régional). Cette valeur est susceptible de subir des variations importantes, liées précisément à la loi de l’offre et de la demande.
La valeur marchande n’est donc pas identique à la valeur vénale (elle peut coïncider, être supérieure, être inférieure).
Néanmoins l’appréciation de la valeur vénale ne peut pas être totalement déconnectée de la valeur marchande.

 

Valeur vénale d’un navire

 

La valeur vénale d’un bateau est la valeur fondamentale pour l’expert maritime et pour le plaisancier.
Son appréciation repose sur la valeur intrinsèque du bateau, compte tenu de :
- sa valeur à neuf,
- sa décote standard,
- ses plus values et moins values liées à son état,
- ses plus values et moins values liées à son niveau d’équipement.
Ces points nécessitent une analyse objective du bateau, même si l’analyse de la valeur marché peut ensuite entrer en ligne de compte comme élément de jugement économique.
C’est la valeur vénale qui sera prise en compte par l’assureur, ou lors de la négociation commerciale.

 

Valeur à neuf d’un navire

 

La valeur à neuf d’un bateau est la valeur du bateau lors de sa toute première commercialisation, antérieurement à toute utilisation.
Pour un bateau neuf, la valeur agréée peut être, lorsque le contrat le prévoit, la valeur à neuf pour une durée de 3 à 5 ans (selon les contrats).

 

Préparation d’un expertise

 

Une expertise se doit d’être préparée afin de fournir à l’expert le maximum d’informations sur la vie antérieure du bateau. Un dossier complet sera le bienvenu, il devra comporter les documents administratifs complets du bateau, l’ensemble des factures d’entretien, la déclaration écrite de conformité pour les bateaux marqués CE, les documentations des matériels embarqués, etc...

 

Le cadre des investigations

 

C’est le mandant qui fixe le cadre des investigations et décide si le bateau sera mis hors d’eau, s’il y aura lieu de faire des analyses d’huile  moteur et inverseur, des analyses de carburant, des sondages de coque en acier ou en aluminium. Ces autres investigations représentent bien sûr un coût supplémentaire. L’expert pourra néanmoins conseiller le mandant sur ses choix.

 

Une analyse d’huile moteur est-elle utile ?

 

Un prélèvement d’huile peut être confié à un laboratoire spécialisé indépendant afin de réaliser une analyse. Cette analyse mettra en évidence la présence, ou non, dans l’huile, de résidus métalliques, d’eau, de silice, de carburant, etc... ce qui permettra de préconiser diverses interventions mécaniques de maintenance. D’autres mesures comme les prises de compression ou la pression des turbos pourront être effectuées par un professionnel compétent.

Une analyse de l’huile d’inverseur peut également être effectuée afin d’en déterminer le degré d’usure.

 

Quel est le coût d’une expertise ?

 

Le coût d’une expertise peut se déterminer au forfait, selon la valeur et le type du bateau ou dans le cas le plus général, selon une tarification au mètre linéaire de longueur de coque à laquelle viennent s’ajouter les compléments d’expertise comme les analyses d’huile ou les sondages de coque, les frais de dossier, de rapport ainsi que de frais de déplacement s’il y a lieu.

Selon le type de mission, une tarification à l'heure pourra également être proposée.

 

Le rapport d’expertise

 

Le rapport d’expertise est remis au mandant dans un délai de 10 jours ouvrables maximum. Ce rapport peut se présenter sous différentes formes: dossier papier, CD, clé USB, accompagné de l’ensemble des photos numériques prise lors des investigations. Selon les exigences de votre compagnie d'assurance et avec leur accord, nous pouvons également vous fournir, dans le cadre d'une expertise de pré-assurance, un simple rapport de visite de deux pages.

 

L’osmose

 

Depuis l’apparition des premiers bateaux en stratifié polyester / fibre de verre sur le marché de la navigation de plaisance au milieu des années 1960, il est clairement apparu que ce matériau n’est pas sans entretien comme cela fut parfois affirmé à une époque. Le temps et l’usure réclament leur tribut et l’aspect des navires de plaisance se dégrade progressivement. Depuis quelques années, il est admis que « l’osmose » est un problème affectant un pourcentage non négligeable de navires.
La meilleure prévention de l’osmose consiste à dresser une barrière entre le bateau et l’eau.
L’application des revêtements époxydiques sur les surfaces immergées de la coque est, sans conteste, le moyen le plus efficace pour atteindre ce but. Ces produits réduisent le taux de pénétration de l’eau dans la coque, ce qui est la clé du succès dans le combat contre l’osmose.

 

Comment traiter le problème de l’osmose ?

 

Votre expert, après un examen minutieux de la coque, sera en mesure de vous conseiller sur le traitement adéquat et les actions à mettre en oeuvre.

 

 

 

 

Valid HTML 4.01